Le self ramadan chez les étudiants

Étiquettes
17 juillet 2014

Le self ramadan chez les étudiants

Ramadan  Crédit: commons.wikimedia.org
Ramadan
Crédit: commons.wikimedia.org

Le ramadan, ça se passe comment chez vous ? Sans doute un mois avec sa dimension religieuse et communautaire : moment de communion, de solidarité, de réjouissances nocturnes où les privations du jour cèdent la place aux libations de la nuit.

Jeûner au cours du mois de ramadan, c’est au sens général s’abstenir de boire, de manger de fumer ou de faire l’amour du lever du soleil jusqu’à son coucher durant ce neuvième mois du calendrier musulman.

Cependant, c’est aussi un temps de partage, de générosité et de joie familiale. Communion avec autrui, confrontation avec soi-même, la vertu de solidarité est mise en l’honneur à travers les usages de la générosité et d’hospitalité.

Que les musulmans jeûnent par piété, par volonté de se mesurer à soi-même, ou par unité culturelle les raisons sont diverses.

A Tunis, en gros ce n’est pas très différent de ce qu’on peut observer au Caire, Dakar, ou Kaboul : restaurants fermés et moins de circulation le jour. Mais aussi consommation de masse, la grande bouffe le soir, bref l’ambiance conviviale en famille.

Mais quand est-il si on vit seul, loin de sa famille ? J’ai rencontré des étudiants qui m’ont parlé du ramadan loin des siens. Quand on est jeune,  vivant loin de sa famille avec des gens qui ne comprennent pas pourquoi s’abstient-on en cette période de chaleur de manger et de boire, ça donne ce que j’ai appelé le self Ramadan (c’est-à-dire un ramadan de choix personnel indépendamment des principes du mois sacré.)

1- Oumarou : un étudiant Malien, a décidé de jeûner pendant les 10 premiers jours du ramadan uniquement. Il m’explique que ça copine vient de débarquer chez lui pour quelques jours, et  donc logiquement il est impossible pour lui de se priver de certaines choses vu quelle en est pour deux semaines seulement.

2- Fatou : étudiante Ivoirienne ; aussi ma voisine coiffeuse me dit qu’elle jeûne deux semaines pendant le ramadan, jamais plus. Elle m’explique par le fait qu’elle vient d’une famille catholique du côté maternel et musulmane de son père. Donc elle fait fifty-fifty. Sacrée ivoirienne !

3- Abdallahi : étudiant Mauritanien, n’est pas seulement approximativement mon homonyme  mais aussi mon ami,  compagnon de chicha. Il m’explique que le ramadan c’est les dix derniers jours. Selon lui, c’est durant les dix derniers jours qu’il y a la nuit du destin. Cette nuit qui selon la tradition musulmane vaut Mille mois, et où les vœux sont souvent exaucés.

4- Enfin, Latifa une compatriote Tchadienne ; elle aussi ne jeûne que les dix derniers jours. Elle m’informe qu’elle rentre au Tchad dans deux jours et jure qu’arrivée là-bas, elle sera obligée de jeûner le restant du mois.  Donc  pour le moment elle profite de ses journées et que même en flagrant délit, enfin de bouffe, elle trouvera bien une excuse féminine.

Le mérite en est auprès du tout puissant d’en juger le choix de tout un chacun.

 

Partagez

Commentaires

Kany
Répondre

Drôle de ramadan